Le gouvernement de la République d’Haïti a décidé de restaurer son armée nationale après son abolition en 1995. Cela a été rapporté par Le Nouvelliste.

Cet octobre la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) sera terminée et remplacée par la Mission des Nations Unies pour l’appui à la justice en Haïti (MINUJUSTH), qui ne sera composée que d’un peu plus de 1000 officiers de police, cette situation force le gouvernement haïtien de restaurer l’armée nationale.

« Le départ des Casques bleus nous interpelle un peu à cause de l’urgence que cela pose mais de toute façon, le plan de déploiement était prévu. » – a expliqué à l’AFP le ministre de la défense haïtien, Hervé Denis.

D’après le gouvernement la nouvelle armée devra assurer la souveraineté du pays en mobilisant les troupes sur la frontière pour lutter contre la contrebande, ce qui s’inscrit dans la Constitution où l’existence d’un corps militaire est prévu aux côtés de la police.

Actuellement la campagne de recrutement de 500 soldats se déroule dans le pays et les citoyens âgés de 18 à 25 ans peuvent postuler. Cependant, l’armée haïtienne n’est pas prévue d’être une grande force, en future elle consistera seulement de 3000 à 5000 soldats.

La démobilisation des Forces Armées d’Haïti (FADH) a été décrétée en 1995 par le président Jean-Bertrand Aristide après son retour d’exil, causé par un coup d’État dont il a été victime en 1991, sept mois à peine après son arrivée au pouvoir.