Les tests de combat en Syrie révèlent les défauts d’Uran-9

L’officier senior de recherche A.P. Anissimov du 3ème Institut central de recherches du ministère de la Défense russe a présenté le rapport sur les défauts critiques du drone terrestre blindé Uran-9.

Le drone terrestre blindé russe Uran-9 (appelé également en Russie comme le mini-char) est conçu pour soutenir le corps principal en fournissant un appui-feu et une reconnaissance à distance ainsi qu’un soutien aux unités menant les tâches du contre-terrorisme dans les zones urbaines.

Au cours de la 10ème conférence scientifique russe portant sur les problèmes actuels de protection et de la sécurité, qui s’est déroulée du 3 au 6 avril 2018, les détails du test de combat en Syrie d’Uran-9 ont été révélés. Cela a abouti à l’identification d’une liste de déficiences classées comme critiques.

Nous avons appris que le véhicule blindé Uran-9 n’est pas capable d’effectuer les tâches qui lui sont assignées. En particulier, au cours des missions de combat, la distance moyenne de pilotage de l’appareil d’un point de contrôle avancé était seulement de 300-500 mètres en condition que la zone d’opération ne contient pas des immeubles de grande hauteur. En plus, 17 cas de perte de contrôle à court terme (jusqu’à 1 minute) d’Uran-9 et 2 cas de perte de contrôle de longue durée (jusqu’à 1,5 heures) ont été enregistrés.

Une faible fiabilité des éléments de roulement a également été révélée, notamment au niveau des rouleaux de support et de guidage ainsi que des ressorts de suspension. Le châssis d’Uran-9 ne peut pas être utilisé en combat rapproché de longue durée et nécessite une réparation sur le terrain.

Au cours d’une étude des capacités de reconnaissance, il a été révélé que les stations électro-optiques permettent la reconnaissance et l’identification de cibles à une distance maximale de 2 km. La station optique OCH-4 ne permet pas de détecter les dispositifs d’observation et de ciblage optique de l’ennemi et émet de multiples interférences au sol et dans l’espace aérien dans le secteur de la surveillance.

Il y avait aussi des cas de fonctionnement instable du canon automatique 2A72 de 30mm, en tout 6 retards et échecs de tir. Le drone terrestre blindé Uran-9 ne peut tirer uniquement quand il est stationné à cause de la non-stabilisation des dispositifs d’armement, d’observation et de reconnaissance. Cela réduit réduit considérablement son aptitude au combat.

Le bilan est triste. Il a été conclu que le drone terrestre blindé russe n’est pas capable d’effectuer les tâches assignées dans les d’opérations de combat.

Le rapport indiquant les déficiences du véhicule Uran-9 en Syrie

ARTICLE SIMILAIRE

La Russie montre la ligne d’assemblage de nouveaux missiles de croisière à propulsion nucléaire

Le ministère de la Défense russe a publié, pour la première fois, une vidéo qui montre la ligne d'assemblage final…

L’Iran prévoit d’acquérir 800 chars Karrar pour son armée

Le corps des Gardiens de la révolution islamique (GRI) a annoncé un plan d'achat d'environ 800 chars de combat modernes Karrar.…

Les Spetsnaz russes ont été parachutés sur l’île de Hogland dans le golfe de Finlande

Les éclaireurs du Spetsnaz (forces spéciales) russe du District militaire occidental ont été parachutés sur l'île de Hogland, située dans le…

L’État islamique revendique la responsabilité d’une attaque suicide en Syrie

L'organisation terroriste l'État islamique a revendiqué la responsabilité d'un attentant qui a eu lieu dans la province de Deraa mardi…